Le Luxembourg est un paradis fiscal pour les millionnaires et les entreprises

Le Luxembourg est un paradis fiscal pour les millionnaires et les entreprises

Découvrez pourquoi le Luxembourg est un paradis fiscal pour les millionnaires et les entreprises du monde entier avec cet article que nous avons préparé pour vous. Ne perdez pas de détails et découvrez tout ici.

Le Luxembourg, un véritable Eden fiscal

Plus de cinquante mille sociétés écrans d’origines diverses utilisent le Luxembourg comme une sorte de paradis fiscal, indique le travail d’investigation mené par les médias internationaux, parmi lesquels « Le Monde » se démarque.

Ces entreprises et personnes qui pratiquent cette activité sont principalement des transnationales et des milliardaires connus dans le monde entier.

L’enquête promet de révéler les noms de ceux qui utilisent ce paradis fiscal à leur avantage et en a déjà avancé quelques-uns bien connus, comme Tiger Woods, Shakira, Angelina Jolie, Brad Pitt, le prince d’Arabie saoudite et même des entreprises comme CAC -40.

La recherche s’appelle « OpenLux » et sera publiée par chapitres avec une périodicité hebdomadaire.

Des chercheurs français affirment que des centaines d’entreprises multinationales ont ouvert des filiales financières au Luxembourg comme Amazon et KFC, avec l’idée de voir leur patrimoine immobilier croître, comme de nombreuses familles « riches » dans le monde.

De nombreuses personnalités qui apparaissent dans cette enquête pourraient voir leur intégrité menacée puisqu’il est révélé que bon nombre des fonds qui vont au Luxembourg sont d’origine douteuse et sont même associés à des activités criminelles telles que les mafias russes et calabraises.

Dans le même ordre d’idées, on assure que le groupe d’extrême droite italien, dit « La Liga », dispose d’un compte au Luxembourg, qui est actuellement traqué par les autorités.

D’autre part, les personnages liés au régime vénézuélien sont également mis au jour dans l’enquête, car elle révèle que beaucoup de ces personnages ont utilisé l’endroit pour cacher des fonds et blanchir de l’argent de la corruption derrière des marchés publics.

Que disent les autorités luxembourgeoises ?

Les autorités luxembourgeoises, de leur côté, assurent que le Grand-Duché n’est pas du tout un paradis fiscal, mais leurs quelques déclarations font beaucoup réfléchir le public.

La vérité est qu’avant le monde, le Luxembourg sert de centre « offshore » similaire à la City de Londres et aux îles Vierges.

L’enquête garantit que la plupart de ces sociétés écrans sont des étrangers et ils le considèrent comme un point très important dans le panorama général, puisque nous parlons de plus d’entreprises et de personnalités de plus de 157 pays qui utilisent le paradis fiscal susmentionné.

Ces sociétés remplissent le rôle de propriétaire d’espaces comme un château français où vit le prince saoudien et la villa des acteurs Angelina Jolie et Brad Pitt en France.

L’étude montre comment sur les 50 familles les plus riches de France, 37 assurent la subsistance de leurs entreprises par le biais de holdings au Luxembourg, ce qui conforte la thèse selon laquelle il s’agit d’un paradis fiscal.

Mais, comment ça marche ? Parce qu’il s’agit de fonds d’investissement fantômes ou anonymes, qui acquièrent de grandes propriétés et des terrains dans des pays comme l’Allemagne, la France et l’Angleterre, faisant ainsi augmenter les coûts immobiliers et générant une plus grande richesse pour leurs propriétaires, sans que cela puisse suivre les propriétaires, évitant qu’ils aient à payer des impôts.

Cependant, ces entreprises non seulement acquièrent des biens immobiliers et des terrains, mais ciblent également des cibles telles que des yachts, des jets, des hélicoptères, des avions, des œuvres d’art et des droits d’auteur.

Qu’est-ce qui a motivé l’enquête ?

L’enquête a été menée principalement en raison de l’exigence de l’Union européenne de créer et de publier un registre public et réel des entreprises dans tous les États membres.

La mesure a été approuvée et mise en œuvre en 2019 et aujourd’hui encore, l’enquête se poursuit activement, informant le public des progrès par le biais de publications périodiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *