Washington vend à la Pologne des lance-roquettes pour 365 M EUR

Washington et Varsovie ont finalisé mercredi la signature d’un contrat sur vingt lance-roquettes mobiles HIMARS américains, pour 414 millions de dollars (365 M EUR), alors que la Pologne compte sur une présence américaine renforcée sur son sol face à la Russie.

« Nous sommes heureux de collaborer avec vous sur la défense nationale de la Pologne », a déclaré le vice-président américain Mike Pence lors de la signature du contrat dans un hangar aérien à Varsovie rempli de soldats américains et polonais.

M. Pence a souligné que les Etats-Unis resteraient « toujours » aux côtés de la Pologne, pays allié membre de l’Otan. Selon le président polonais Andrzej Duda, l’acquisition des lance-roquettes « aura un impact énorme non seulement sur le renforcement de la capacité de défense de la Pologne et de l’armée polonaise mais augmentera aussi la sécurité dans notre partie de l’Europe, sur le flanc est de l’Alliance atlantique ».

Les lance-roquettes, dont la portée s’étend de 70 à 300 kilomètres, sont produits par le géant américain Lockheed Martin et doivent être livrés à la Pologne d’ici 2023.

M. Pence et le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo sont à Varsovie pour une conférence sur la sécurité au Moyen-Orient, organisée sous la houlette des Etats-Unis et qui a pour objectif de mettre pression sur l’Iran.

En mars 2018, la Pologne avait acheté, pour 4,75 milliards de dollars (3,8 mds EUR), le système antimissile américain Patriot, visant à renforcer sa défense anti-aérienne. Le gouvernement conservateur polonais multiplie les efforts auprès de Washington pour qu’une base américaine soit installée sur le sol polonais, où près de 5.000 soldats américains sont stationnés déjà par rotations dans le cadre des opérations de l’Otan. Varsovie s’est dit prêt à débourser au moins deux milliards de dollars pour cette implantation.

M. Pompeo, qui s’est rendu mercredi dans la base d’un bataillon de l’Otan commandé par les Etats-Unis dans le nord de la Pologne, a déclaré que Washington allait « s’assurer » de disposer d’un « bon » nombre et d’un « mix » de troupes en Pologne, sans indiquer pourtant à quel moment une décision pourrait être prise. Mercredi, l’ambassadrice des Etats-Unis en Pologne, Georgette Mosbacher, a indiqué au Financial Times que l’augmentation des effectifs militaires américains « sera significative », de l’ordre de « plusieurs centaines ». A la demande notamment de la Pologne et des pays baltes, l’Otan a déployé en 2017 dans ces pays quatre bataillons multinationaux stationnés sur le flanc oriental de l’Alliance.