Vins et alcools: en 2018, la France a exporté moins mais mieux

La France a atteint un nouveau record d’exportation pour ses vins et alcools l’an passé, avec 13,2 milliards d’euros de chiffre d’affaires à l’étranger, malgré une baisse globale des volumes et des reculs sur certains marchés sensibles comme la Chine.

Entre les inquiétudes liées au Brexit, le « risque » de voir l’imposition de taxes sur le vin aux Etats-Unis, ou des « difficultés de négociation » sur des certificats sanitaires en Chine, l’année 2018 a été une année « pleine d’incertitudes politiques » pour les exportateurs, a déclaré Antoine Leccia, président de la Fédération des Exportateurs de vins et spiritueux (FEVS), au cours d’une conférence de presse mercredi à Paris.

En volume, les exportations françaises de vins et spiritueux ont reculé de 2,7% l’an passé, les vins d’appellations non pétillants chutant de 9,8%, en grande partie en raison de la récolte « historiquement faible » de raisin en 2017 due à des problèmes climatiques.

En valeur néanmoins, le montant des exportations françaises a continué de bondir (+2,4%) par rapport à 2017, grâce notamment au cognac.

La Fédération s’est ainsi félicitée de la « quatrième année consécutive » de hausse du chiffre d’affaires global, qui passe « pour la première fois » de son histoire au-dessus de 13 milliards d’euros. Les vins et spiritueux constituent le deuxième poste d’excédent de la balance commerciale française, derrière l’aéronautique.

Les cinq premiers marchés restent les Etats-Unis (3,2 milliards d’euros, +4,6%), le Royaume-Uni (1,3 milliard d’euros, -0,6%), la Chine (1 milliard d’euros, -14,4%), Singapour (901 millions d’euros, +8,3%) et l’Allemagne (878 millions d’euros, +4%).

Bordeaux, touché de plein fouet par la chute de moitié de la récolte en 2017 et la baisse des exportations de vins AOC, a vécu une année « compliquée » , voire « difficile », mais s’en est « plutôt bien sorti », a estimé Philippe Casteja, PDG du groupe familial Borie-Manoux qui possède dix châteaux (Saint-Emilion, Pomerol, Saint-Estèphe). Selon lui, les baisses ont surtout touché les « entrées de gamme », alors que sur les grands vins, la moyenne des prix a « plutôt monté ».

A noter, la hausse de 1,3% en volume et de 5,3% en valeur des exportations de vins à cépages sans indication géographique. Ces vins, réunis sous le label « Vins de France » lancé il y a dix ans, sont destinés à capter le marché d’entrée de gamme et à satisfaire les consommateurs anglo-saxons, dont le choix est déterminé plus par le cépage que par le terroir. « Ces vins sont excellents pour capter une clientèle d’entrée de gamme, mais malheureusement la France a procédé à beaucoup d’arrachages de vigne dans le Languedoc et risque maintenant de manquer de volumes » pour satisfaire ces marchés, notait un expert en marge de la conférence.

Au chapitre des succès, le cognac a réalisé une « très bonne année 2018 en volume et en valeur », selon le PDG de Courvoisier Patrice Pinet, également président du syndicat des maisons de cognac. Le chiffre d’affaires export de la filière s’est élevé à 3,12 milliards d’euros (+1,7%). « Aux Etats-Unis, le premier marché, cognac a envoyé 90 millions de bouteilles » (+5%), profitant « de la croissance américaine et de la mode des alcools bruns ». Les ventes ont progressé de 5,9% vers l’Asie « avec des marges de progression importantes », a-t-il ajouté. Le cognac a aussi une « bonne dynamique » dans certains pays africains, comme l’Afrique du sud et le Nigeria.

Toute la filière du vin française reste néanmoins très inquiète sur l’évolution du Brexit « à 43 jours de la date fatidique », a souligné M. Casteja. « Les importateurs britanniques nous suivent depuis des centaines d’années, nous restons confiants dans nos relations d’intimité », a-t-il ajouté pour se rassurer.