Vacances de fonctions

 Alain Ducat /Les meilleurs pour l’Etat. Une sorte de devise pour le gouvernement qui, disait le Premier Bettel avant l’été, entend rendre les emplois dans la fonction publique encore plus attractifs. Avec quelques mesures négociées à la clé, histoire aussi d’assurer le gros vivier d’électeurs qu’elle constitue. Un beau parti: plus de 40.000 fonctionnaires et employés en 2017 selon le Statec, dont 31.381 pour l’Etat seul.

Car on embauche dans la carrière, sans cesse. 1.290 postes étaient inscrits au budget 2018. Pas simple pour autant. L’an passé, il était prévu de recruter 750 personnes. Il en manquait une centaine à l’appel final, faute de réussite suffisante aux concours.

La plateforme GovJobs.lu s’ouvre sur un décompte. «Nous avons 172 offres d’emploi.» L’onglet postes vacants fait apparaître… 129 résultats. En vrac, on recherche: agent consulaire, gestionnaire de dossier, spécialiste RH, documentaliste chargé de com, économiste… Des postes de bon niveau au sein d’un ministère, pour lesquels la nationalité luxembourgeoise est requise. Mais rappelons qu’elle s’acquiert ou qu’elle se recouvre (attention, jusqu’à la fin de l’année) si un aïeul l’avait avant 1900. On cherche aussi des chauffagistes, secrétaires ou comptables dans des lycées ou administrations de terrain, postes ouverts aux ressortissants de l’Union européenne.

Il y a donc des tâches et des emplois vacants. Qui a dit que le pays avait encore un taux de chômage mais recrutait difficilement?