UE : Frans Timmermans candidat à la succession de Juncker

First Vice-President of the European Commission Frans Timmermans

Le socialiste néerlandais Frans Timmermans s’est lancé mercredi dans la course pour succéder à son patron, Jean-Claude Juncker, à la présidence de la Commission européenne l’an prochain.

M. Timmermans, qui est vice-président de la Commission européenne, a précisé qu’il chercherait à obtenir l’investiture du groupe social-démocrate européen. « Je veux être le candidat des socialistes et démocrates pour être leur tête de liste aux élections européennes et devenir le prochain président de la Commission européenne, » a-t-il annoncé dans sa ville de Heerlen (sud des Pays-Bas).

« C’est là d’où je viens, c’est là où mes parents ont grandi, c’est là où mes grands-parents ont travaillé dans les mines de charbon, j’appartiens à cette région et pas au Berlaymont », le siège bruxellois de la Commission européenne, a-t-il dit. Mais M. Timmermans devrait rencontrer des difficultés dans sa tentative car le groupe socialiste ne devrait pas gagner les élections européennes de mai 2019.

Le poste de président de la Commission devrait être attribué à un homme politique de centre droit, membre du Parti populaire européen (PPE), qui devrait être le plus grand groupe du Parlement européen.

L’ancien Premier ministre finlandais Alexander Stubb et le chef actuel du PPE, Manfred Weber, allié d’Angela Merkel, cherchent à obtenir l’investiture de leur groupe. Le principal négociateur du Brexit, Michel Barnier (France), a récemment fait savoir qu’il ne serait pas candidat. L’ex-chancelier autrichien Christian Kern a annoncé samedi quitter la vie politique, renonçant ainsi à briguer la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne, moins d’un mois après en avoir manifesté l’intention.

Sans avoir officiellement fait acte de candidature, Christian Kern, 52 ans, s’était mis sur les rangs pour obtenir l’investiture des socialistes européens qui doivent désigner avant la fin de l’année leur candidat à la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de l’exécutif européen. Le commissaire européen slovaque Maros Sefcovic, actuellement chargé du dossier de l’Energie, est quant à lui candidat déclaré.

Le groupe des socialistes et démocrates (S&D) est le deuxième plus important au Parlement européen derrière le PPE (centre droit/droite). C’est le Conseil européen, composé des chefs d’Etat ou de gouvernement des pays de l’UE, qui a le rôle de désigner un candidat pour la présidence de la Commission, lequel doit toutefois ensuite recueillir la majorité des suffrages du Parlement européen.

Les eurodéputés exigent que le Conseil européen désigne comme candidat la tête de liste désignée par le parti qui aura remporté le plus de sièges aux élections européennes.

Le Conseil refuse cependant de s’engager à respecter cette procédure, qui avait été utilisée pour le choix de M. Juncker en 2014.