Tesla: démarrage de la production du « Model 3 », premières livraisons fin juillet

Tesla va démarrer vendredi, avec deux semaines d’avance, la production du « Model 3 », la voiture électrique de milieu de gamme avec laquelle le constructeur californien veut conquérir le grand public, a annoncé lundi son PDG Elon Musk.

La livraison des 30 premiers exemplaires de cette voiture devrait être effectuée le 28 juillet, a également assuré M. Musk. « Le Model 3 a réussi toutes les exigences règlementaires pour (un début de) production en avance de deux semaines sur le calendrier », écrit sur son compte Twitter le milliardaire, également patron de SpaceX.

Le rythme de production devrait augmenter assez rapidement, assure Elon Musk, qui prévoit la construction de 100 « Model 3 » en août et 1.500, voire plus, en septembre. C’est toutefois moins que ce qu’il avait laissé entendre en février lorsqu’il avait évoqué une production de 1.000 Model 3 par semaine dès juillet, 2.000 par semaine en août et le double tous les sept jours dès septembre.

Les investisseurs ont ainsi mal réagi: le titre Tesla a fini en forte baisse de 2,49% à Wall Street. « Nous pouvons vraisemblablement atteindre 20.000 +Model 3+ par mois à compter de décembre », a tenu à rassurer M. Musk, soit un rythme de 5.000 voitures produites par semaine. Tout couac dans le calendrier de production du « Model 3 » est susceptible d’être mal interprété par les marchés financiers car cette voiture, présentée comme une berline de milieu de gamme vendue 35.000 dollars, représente une étape cruciale dans les ambitions de M. Musk de transformer Tesla en constructeur de véhicules produits en série.

Le « Model 3 » devrait permettre en effet au groupe, né en 2003, de produire environ 500.000 véhicules en 2018 et 1 million à l’horizon 2020. Le spécialiste des véhicules électriques, qui ne commercialise pour l’instant que deux modèles de luxe — la berline « Model S » et le SUV « Model X » dont le prix de base démarre à environ 80.000 dollars — n’a produit que 84.000 voitures en 2016.

Cette automobile a suscité une forte demande et les espoirs placés en elle ont permis à Tesla de devenir récemment le premier groupe automobile américain en termes de capitalisation boursière, en dépit du fait que General Motors (GM) et Ford produisent des millions de voitures par an. Tesla était valorisé à près de 60 milliards de dollars lundi à Wall Street, contre 53 milliards seulement pour GM et 45 milliards à Ford. Pour accompagner sa montée en puissance, Tesla est en train de finir la construction d’une gigantesque usine de batteries pour les véhicules électriques dans le Nevada (sud-ouest) et levé récemment des fonds pour faire face à d’éventuels événements inattendus.

Le constructeur automobile a également annoncé lundi avoir livré 22.000 voitures au deuxième trimestre, soit moins que les 23.655 unités attendues par les experts. Au premier trimestre, Tesla avait livré 25.000 voitures à ses clients, ce qui avait dopé le titre en Bourse. La contre-performance est due, explique le groupe, à une pénurie de batteries, qui a complètement désorganisé ses opérations jusqu’à début juin, entrainant une production de voitures de 40% inférieure à la demande. Mais Tesla assure avoir résolu le problème et prévoit de livrer davantage de voitures dans la seconde moitié de l’année comparé au premier trimestre. Au total, il en a livré 47.100 de janvier à juin, soit moins que l’objectif de 50.000 voitures visé jusqu’ici. Tesla, qui est aussi présent dans l’énergie (batteries, panneaux solaires), a par ailleurs produit 25.708 véhicules lors des trois derniers mois, et 51.126 sur l’ensemble du premier semestre.

afp