Taxi

Il n’y a pas de quoi rire. Il s’agit d’un fait divers. Et la victime se retrouve dans son lit, son lit d’hôpital, en morceaux. Une destination, un peu de sa faute, à laquelle il ne songeait sans doute pas en quittant son chez-soi. Or donc, ce brave monsieur, on ne sait trop pourquoi, s’est couché de tout son long rue Large. Morphée l’a pris dans ses bras.
Le pire pour Morphée, et son hôte, c’est que, même à cette heure-là, l’automobile passe encore. De fait, vint un automobiliste qui, de justesse, évita l’endormi et alerta les secours. Avant l’intervention des brancardiers, passa un taxi. Plutôt que de prendre en charge le noctambule, celui-ci lui roula dessus. Par mégarde: en toute logique un taximan regarde surtout les clients hélant du trottoir.
L’histoire est désobligeante car la maréchaussée a fait savoir que la victime était imbibée. D’abord, c’est son droit, tout comme, mais à ses risques, de confondre matelas et tarmac.
Ensuite, ce doit être passablement faux. Car l’homme était à proximité de la piscine. Signe que, outre la tasse, il boit énormément d’eau.

Michel Petit

PARTAGER
Article précédentChute de prix
Article suivantEntre suicide et cancer