Taxe Gafa: « Un pansement sur une jambe de bois » pour Manon Aubry (LFI)

Manon Aubry, tête de liste de La France insoumise à l'élection européenne

Manon Aubry, tête de liste de La France insoumise à l’élection européenne, a qualifié vendredi la taxe Gafa de « pansement sur une jambe de bois », estimant qu’il fallait s’attaquer directement aux paradis fiscaux.

« C’est un terrible échec parce qu’en fait c’est une taxe qui est extrêmement marginale, c’est un pansement sur une jambe de bois », a déclaré la candidate de La France insoumise sur France 2.

L’Assemblée nationale a voté lundi soir l’instauration d’une taxe sur les géants du numérique qui vise à imposer à hauteur de 3% du chiffre d’affaires les géants du numériques qui « créent de la valeur grâce aux internautes français ». « On valide indirectement leurs schémas d’évasion fiscale (…) parce qu’on est incapables de les taxer véritablement sur leur chiffre d’affaires, donc on leur demande quelques clopinettes », a fustigé la candidate.

« Les véritables coupables, le 1er maillon de la chaîne de l’évasion fiscale, c’est l’Irlande, c’est le Luxembourg, ce sont les îles Caïmans », a poursuivi Manon Aubry, dont le parti veut inscrire ces pays sur la liste des paradis fiscaux.

L’ONG Oxfam, dont elle a été porte-parole, a qualifié la taxe Gafa de « symbolique » et selon l’organisation altermondialiste Attac, près des deux tiers du chiffre d’affaires cumulé des Gafam (Microsoft inclus), aux activités majoritairement « hors numérique », ne seront pas couverts. Adopté en première lecture à l’Assemblée nationale, le projet de loi a été envoyé au Sénat.