Les studios de ballet à Moscou: le début des grandes carrières

Sans relâche, des filles âgées parfois de seulement trois ans, en tutu et chaussons, s’exercent face au miroir d’un petit studio dans le nord de Moscou, perpétuant à leur niveau la tradition du ballet russe.

La capitale russe, qui accueille certaines des meilleures troupes de danse au monde, fourmille de dizaines de studios du même genre.

Nombre d’entre eux sont gérés par d’anciennes ballerines issus de théâtres renommés. Trois fois par semaine, enfants et adolescents se réunissent après l’école pour apprendre la danse classique dans cette « Maison de la culture » datant de l’époque soviétique. « Nous avons des garçons, mais malheureusement ils sont peu nombreux », relève auprès de l’AFP la responsable du studio et ancienne ballerine Oksana Mironova, se réjouissant malgré tout que l’un des danseur qu’elle a formé se produise désormais au célèbre Bolchoï.

Oksana Mironova a débuté la danse dans une école de ballet à Saratov sur la Volga. Elle a ensuite rejoint une académie à Saint-Pétersbourg, où elle a suivi les cours de la légendaire prima ballerina Natalia Doudinskaïa. Après une carrière de dix ans à Moscou, une blessure au genou l’empêche de poursuivre et la pousse à ouvrir son studio en 2001. Dans ce genre d’établissements, la « volonté et le caractère » d’un danseur se forme avant qu’ils n’aillent rejoindre les académies de ballet connues pour leur stricte discipline. Si les danseuses travaillant en tant que formatrices dans son studio doivent « parfois élever la voix », elles restent « chaleureuses », explique Mme Mironova.

Son studio propose aussi de la danse contemporaine le weekend, donnant la possibilité aux enfants de « s’ouvrir » davantage qu’avec le ballet. Selon elle, les écoles de ballet russes sont considérées comme les meilleures du monde en raison de leur respect des traditions. « Nous sommes tous des professionnels issus des académies et théâtres et nous préservons ces traditions », souligne l’ancienne ballerine.