Street Art : AL entre au musée à Montpellier

L’artiste AL, connu pour son street art poétique, franchit le seuil d’un espace d’art contemporain, avec l’exposition « Mécanisme d’aurores pour horloge crépusculaire » qui débute mercredi au Carré Sainte-Anne de Montpellier, une église désaffectée, devenue vitrine de l’art contemporain.

Dans cette exposition visible jusqu’au 19 novembre, AL Sticking abandonne les collages de rue pour s’essayer à la peinture. Il invite le visiteur à parcourir le cadran obscur d’une horloge, entourée de douze grandes « toiles en colère » qui évoquent les calamités ravageant la planète – guerre, famine ou misère -, explique le commissaire de l’exposition Numa Hambursin. Sur le sol, au pied de chaque toile, un chiffre romain de I à XII. Au centre de l’édifice, un tourniquet en bois à deux branches sert d’aiguilles. Sur ce tourniquet, des pétales de rose se répandent sur le sol comme autant de lueurs d’espoir dans un univers sombre, lorsqu’on actionne le mécanisme manuellement.

Né en 1984 à Saint-Lô (Manche), AL Sticking réalise ses premier collages dans les rues de Caen à l’âge de 20 ans. Ses formats évoluent à son arrivée en 2006 à Montpellier où il déploie des personnages émouvants et poétiques qui tranchent avec l’âpreté habituelle du street art. Il a réalisé de nombreuses fresques à Montpellier, notamment pour le squat « Le Royal occupé » en janvier 2017 mais aussi à Mulhouse, Ajaccio, Paris, au Cambodge et en Belgique.