Société / François l’hérétique

Thierry Nelissen /Pauvre François Bausch! Sa réélection est compromise s’il continue dans cette piste… cyclable. Prendre la défense des faibles, quelle hérésie! On n’en veut comme indice que cette dame expliquant qu’elle ne voterait jamais pour lui car un cycliste avait donné hargneusement un coup de pied dans la portière de sa voiture. Bausch = vélo = protecteur des emmerdeurs.

Ne voilà-t-il pas, donc, que le ministre des Infrastructures, grand ordonnateur du Code de la route, vient d’annoncer une série de modifications dudit recueil de bonnes conduites, visant à mieux protéger les usagers «faibles» – il faut le rappeler –, piétons et cyclistes. Restera à préserver les premiers des seconds, ce qui n’est pas toujours aisé sur les sites où ils doivent se mélanger. Mais, on n’a pas inventé le dérailleur en un jour.

A partir du 1er mai, donc, quelques mesures plus que symboliques seront d’usage. Des «rues cyclables» pourront être réservées au trafic des vélos et aux seules voitures des riverains, et les possibilités de rouler à deux de front seront élargies. Mais la mesure phare, c’est sans doute l’obligation, pour dépasser un cycliste, de respecter une distance d’au moins 1,5 mètre, et donc d’utiliser la voie de sens contraire. Fini, en principe, le cinglé qui vous fouette de son rétroviseur pour arriver un mètre avant vous au prochain goulet d’étranglement, quitte à vous faire chavirer. Il n’y a plus qu’à… faire appliquer la règle, en obtenant la bienveillance des automobilistes. Une gageure.