Russie : des chutes de neige record sèment la pagaille à Saint-Pétersbourg

Les chutes de neige exceptionnelles qui s’abattent sur Saint-Pétersbourg depuis le début de l’année ont conduit les autorités russes à assurer mercredi faire « tout leur possible » pour remédier à leurs conséquences parfois dramatiques, un homme ayant été tué un bloc de glace tombé d’un toit.

« La situation est compliquée. La neige tombe tous les jours. Il y a une tension chez les habitants, nous le voyons mais nous travaillons, nous faisons tout notre possible », a affirmé aux journalistes Sergueï Charlaïev, un haut responsable de l’administration de Saint-Pétersbourg.

Les trottoirs sont complètement gelés et d’énormes congères parsèment la deuxième ville de Russie tandis que la circulation, à pied ou en voiture, vire au cauchemar. Les chutes de neige du mois de janvier ont dépassé de deux fois les normes habituelles, selon les services météorologiques locaux.

Mardi, un homme de 23 ans a été tué en plein centre de Saint-Pétersbourg par la chute d’un bloc de glace d’un toit. Une enquête criminelle a été ouverte, a annoncé le Comité d’enquête local. « La ville s’est transformée en une grande congère », a déclaré à l’AFP Elena Antonova, 43 ans. Comme des milliers d’autres habitants de Saint-Pétersbourg, elle prend sa pelle chaque main pour « déterrer » sa voiture couverte de neige dans la nuit. « Cela me prend presque deux heures pour aller au travail au lieu de 40 minutes comme d’habitude, c’est le chaos sur les routes », a-t-elle ajouté. « Je ne sors pas de chez moi depuis deux semaines, j’ai peur de tomber, les trottoirs sont gelés et on ne les déblaye pas », a de son côté raconté Marina Chibalova, 78 ans.

Plus de 7.000 véhicules sont chargés de dégager la neige à Saint-Pétersbourg, selon les données officielles. Chaque année en Russie, notamment au printemps au moment du dégel, plusieurs personnes sont victimes de chutes de bloc de glace ou de stalactites se détachant des toits et des gouttières.