Rives et dérives / 14e Biennale d’art contemporain de Lyon

Corina Ciocârlie / Entre la Sucrière et le musée d’Art contemporain, à la confluence de la Saône et du Rhône, on pratique l’art de la dérive. L’édition 2017 de la Biennale de Lyon est placée sous le signe de Baudelaire, pour qui le «moderne» est synonyme du «transitoire», du «fugitif», du «contingent»… Soixante-quinze artistes livrent
Cher lecteur, Cet article fait partie de l'offre prémium du Jeudi. Cliquez ---ici --- pour décourvir nos différentes formules d'abonnement. ---Abonnez-vous--- ou ---identifiez-vous--- pour lire le reste de l'article.