Prix Charlemagne à Schulz: Hollande et Gauck lancent une mise en garde contre les populismes

Les présidents allemand et français Joachim Gauck et François Hollande ont lancé jeudi un avertissement face aux populistes qui menacent selon eux la construction européenne, à l’occasion de la remise du prix Charlemagne au président du Parlement européen Martin Schulz.

« Les populistes réussissent précisément parce qu’ils ont pris pour cible l’intégration européenne, les institutions communes et, en particulier, la monnaie commune mais aussi l’accueil de réfugiés », a lancé M. Gauck sous les voûtes gothiques de l’hôtel de ville d’Aix-la-Chapelle, dans l’ouest de l’Allemagne.

Le chef de l’Etat allemand, considéré comme une autorité morale dans son pays, a ainsi appelé à la « vigilance » face à « la crise de confiance dans le projet européen », rendant hommage à Martin Schulz, « défenseur inlassable de l’idée de la démocratie européenne ». « La multiplication des critiques dans de nombreux pays européens est alarmante », a-t-il insisté devant un parterre de dirigeants européens mais aussi les rois d’Espagne et de Jordanie Felipe VI et Abdallah II ainsi que le président ukrainien Petro Porochenko, avec lequel François Hollande s’est entretenu pendant un quart d’heure à l’issue de la cérémonie. « Continuez et je serai à vos côtés pour pourfendre le rejet de l’autre, le pessimisme décourageant, les abandons morbides et la complainte du déclin comme les vaines tentations du repli, face à un monde qui ne nous attend pas », a lancé pour sa part le président français à l’adresse de Matin Schulz. « Il y en a toujours qui utiliseront les peurs, qui utiliseront ces populations en exil pour soulever de nouveau le nationalisme et le refus d’autrui », a-t-il poursuivi, évoquant la « solidarité » envers les réfugiés de Méditerranée mais aussi la nécessité de « protéger » les frontières européennes. François Hollande a par ailleurs souligné le rôle de Martin Schulz qui a « contribué à rapprocher, s’il en était besoin » la chancelière allemande Angela Merkel de lui-même. Le président social-démocrate du Parlement européen est le 57e lauréat du Prix Charlemagne, attribué depuis 1950 par la ville d’Aix-La Chapelle aux artisans de l’unité européenne.

Par le passé, de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement européens ont été récompensés, comme François Mitterrand et Helmut Kohl en 1988 ou encore Jean-Claude Juncker en 2006, mais aussi le président américain Bill Clinton en 2000, et l’euro en 2002.

afp