Politique/Partager le futur

Olivier Tasch / Comme chaque année, berlines sombres, modestes hélicoptères et crampons acérés – la neige s’est invitée – défilent dans la petite bourgade suisse de Davos. Le Forum économique mondial y organise sa réunion annuelle, un entre-soi de l’élite mondiale où l’on cause des problèmes les plus urgents à l’échelle mondiale.

C’est aussi une belle occasion pour mettre en lumière les inégalités de richesses et de revenus. Le chiffre-choc d’Oxfam – 82% des richesses créées l’an dernier dans le monde ont été captées par 1% des plus riches – ne peut laisser de marbre. Et même si la méthode de calcul de l’ONG est parfois contestée, le creusement continu des inégalités est malheureusement indiscutable.

On soulignera aussi l’initiative: #OurPayRise. Née du mouvement syndical européen, elle vise à obtenir une hausse salariale pour les travailleurs. En marge de Davos, elle note qu’au cours des quatre jours que dure le forum économique mondial, un PDG européen va empocher l’équivalent de ce que la plupart des salariés gagnent entre dix-huit mois et deux ans…

La thématique du forum, cette année, s’intitule «creating a shared future», créer un futur partagé… Les PDG pourraient ainsi commencer par mieux partager les revenus. Les salaires, rappelle-t-on dans les rangs syndicaux, ne sont pas qu’un «coût». Ils constituent aussi un moteur de la croissance. La hausse des salaires des travailleurs ne doit donc effrayer personne et être abordée comme une perspective de retombées positives pour l’économie.