Politique /Manque d’épaisseur

Olivier Tasch / Quand notre Premier ministre se fait tirer le portrait par la presse française, ses «amis» se lâchent et ouvrent grand les vannes. «Bettel manque d’épaisseur, ce n’est pas un homme de dossiers, il ne travaille pas beaucoup.» Le commentaire est sobrement attribué à «un responsable de sa majorité». Ce même responsable n’oublie pas d’ajouter que pour compenser ce manque de substance, Xavier Bettel «mise beaucoup sur son entregent, son côté sympa, son humour léger».

Faut-il replacer cette sortie dans un contexte préélectoral? En tout cas, les pros de la communication du Premier ministre sur les réseaux sociaux illustrent à merveille ces propos au vitriol. Dans une vidéo à la Marcel Béliveau, ce Québécois spécialisé dans les caméras cachées, on voit des passants répondre à un téléphone bleu qui sonne dans la rue. A l’autre bout du téléphone, quelle incroyable surprise: c’est le «Prime minister himself»! Confondant! Le clip est baptisé «Better call Bettel», en référence à une série américaine baptisée «Better call Saul», qui met en scène un avocat véreux spécialisé notamment dans le blanchiment de l’argent du trafic de drogue et qui se compromet avec toutes sortes de criminels. Humour léger, chacun ses références…

Pour autant, si Bettel «ne travaille pas beaucoup» et «manque d’épaisseur», il faut s’en méfier car il a un «caractère de tueur quand c’est nécessaire». A bon entendeur.