Politique / Au doigt et à l’œil

Alain Ducat / Récidiviste, mais prévisible, Etienne Schneider a tweeté le premier pour annoncer la nouvelle, idéale pour le travailleur en vacances: l’indexation est déclenchée. Augmentation de 2,5% à compter du 1er août.

Il était 08.07h en ce mercredi 31 juillet. Quarante minutes plus tard tombait, dans les rédactions, le communiqué de l’organe officiel chargé des mesures de l’inflation et du pouvoir d’achat. Une confirmation… Le Statec précise que, «selon le résultat provisoire», le taux annuel de l’indice des prix à la consommation de juillet, flashé à 1,5%, entraîne la mécanique. Mais aussi que les résultats définitifs et détaillés seront publiés le 8 août, à l’issue de la réunion mensuelle de la Commission de l’indice.

Les sens de l’anticipation, de l’effet rétroactif et de la communication ont encore joué. Pourtant, les premières réactions au tweet du ministre de l’Economie n’ont pas été enthousiastes. Les entrepreneurs ne sont pas fans de l’augmentation des fiches de paie en plein cœur de l’été. Or, ils sont un public cible pour le versant libéral de la vision d’un Schneider par ailleurs tête de file du parti ouvrier socialiste, qui ne doit jamais négliger de faire avancer le pied gauche lorsque bouge le bras droit. En gros, salariés, pensionnés et fonctionnaires sont ravis, tandis que les patrons boudent.

En mettant le doigt sur l’index comme d’autres sur la couture du pantalon, le ministre s’est-il offert un nouveau coup de pub à l’œil ou mis le doigt dans l’œil au beurre noir?