Pertinence et impertinence

Thomas Antoine, ambassadeur de Belgique / Chers amis du Jeudi

Un fidèle lecteur vous adresse, pour vos 20 ans, les vœux habituels de santé, mais aussi ceux de la pertinence et de l’impertinence. Je m’explique: un bon hebdomadaire doit à la fois être actuel tout en faisant la synthèse de la semaine écoulée, sans oublier la prospective qui ouvre les horizons; ça c’est pour la pertinence. L’impertinence est aussi indispensable; je ne vous demande pas, cher Jeudi, de penser comme moi, je vous demande de penser avec moi.

J’ai besoin de ma dose hebdomadaire de stimulation, de provocation, de perplexité face à ce monde si complexe.

Ah oui, rendre la complexité du monde sans être compliqué; autre défi, celui de la clarté, de la synthèse. Tous ces défis sont bien relevés.

Voilà pourquoi je lis chaque semaine mon Jeudi, impatient d’enrichir mon vocabulaire avec les mots voyageurs de Jean Portante (c’est si important les mots pour les diplomates) et de sourire avec Monsieur l’Homme (c’est encore plus important l’humour pour les diplomates).

Je ne peux citer tout ce qui fait le plaisir de mon Jeudi, mais je l’encourage à persévérer sur la voie de la pertinence et de l’impertinence.

Je quitte bientôt le Grand-Duché où j’ai été si heureux, personnellement et professionnellement, pour regagner ma Belgique natale, mais j’espère continuer de lire mon Jeudi, grâce à mes amis luxembourgeois.

Bon anniversaire, petit jeune impertinent!