L’enquête « Panama papers » réalisée par 370 journalistes de 70 pays sur base de 11,5 millions de documents provenant du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca ne révèle pas seulement les avoirs dans les paradis fiscaux de 140 responsables politiques ou personnalités de premier plan, mais aussi les rouages de ces montages financiers.

Mossack Fonseca a ainsi travaillé – pendant la période étudiée, soit de 1975 à 2015 – avec 14.000 banques et cabinets d’avocat pour permettre la création de 15.000 fondations et autres sociétés-écrans.

 

Source ICIJ
Source ICIJ

Le Consortium international de journalistes d’investigation (ICIJ) dresse ainsi un tableau des dix banques internationales ayant le plus recours aux «sociétés offshore» où figurent pas moins de quatre établissements luxembourgeois.  En tête, on retrouve Experta Corporate & Trust Services, filiale de la BIL (Banque internationale à Luxembourg), avec plus de 1.600 entités.

Juste derrière, avec  moins de 1.000 entités, se trouve Banque J. Safra Sarasin – Luxembourg, établissement d’origine brésilienne qui emploie au Luxembourg quelque 120 personnes.

Huitième et neuvième sont la Société Générale Bank & Trust Luxembourg et la Landsbanki Luxembourg avec moins de 500 dossiers chacune.

 

Source ICIJ
Source ICIJ

Le Luxembourg est encore répertorié 7e des pays où opèrent les plus d’intermédiaires, avec environ 400 intermédiaires, loin derrière Hong-Kong, la Grande Bretagne et la Suisse.

En revanche, le pays se retrouve juste derrière les trois cités pour ce qui est des intermédiaires les plus actifs.

Source ICIJ
Source ICIJ

 

 

 

 

 

 

LH

Lire aussi: Mossack Fonseca: un cabinet discret avec une liste de clients prestigieux

Panama papers: Les paradis fiscaux largement utilisés par des leaders mondiaux

En mars 2015, Le Jeudi publiait un enquête sur la connivence entre la Place et le monde politique, dans laquelle il révélait entre autres que Guy Arendt, alors « juste » député libéral et bourgmestre de Walferdange, avocat chez Bonn & Schmitt, avait été aux commandes de huit sociétés au Panama. Arendt est entretemps devenu secrétaire d’Etat à la Culture. A relire: Les petites affaires du député Guy Arendt au Panama