Oeufs contaminés: « Il n’y a aucun danger direct lors de la consommation »

Le 8 août, le gouvernement a annoncé que des œufs  contaminés au fipronil ont été vendus sur le marché luxembourgeois. Dans un premier temps uniquement des œufs provenant des supermarchés Aldi étaient concernés. Deux jours plus tard on apprenait que la chaîne Cactus était également touchée par ce scandale sanitaire. Diplômé de l’université de Worcester (Etats-Unis) en biochimie, Antony Grüness nous explique ce qu’est le finopronil ainsi que sa dangerosité.

Le finopronil c’est quoi exactement ?

« Presque tous les médicaments que nous consommons sont des molécules qui se lient à des protéines dans notre corps. Ces protéines peuvent avoir des rôles différents, comme l’hémoglobine qui a un rôle de transport d’oxygène, les immunoglobulines qui jouent un rôle important dans l’immunité humorale, ou bien les canaux ioniques qui sont à l’origine des transmissions de signaux électriques à travers notre corps. Toutes ces protéines, due à leur diversité structurelle, sont des cibles potentielles de médicaments, à condition de connaître la biochimie exacte de la maladie, ainsi que la structure des protéines.

 Ce qui est vrai pour les médicaments est aussi valable pour beaucoup de toxines. Des toxines comme la tétrodotoxine, qui est une molécule produite par le poisson fugu et qui est à l’origine des effets secondaires connus lors de la consommation de ce poisson mal préparé. Chaque molécule, qu’elle soit synthétisée au laboratoire ou trouvée dans la nature, peut devenir un médicament ou bien une toxine, dépendant de facteurs divers comme le mode d’ingestion et la concentration.

 Ainsi, le fipronil, qui est un insecticide, fonctionne en s’attachant aux récepteurs GABAergiques et Glutamatergiques, des protéines qui, majoritairement, sont à l’origine d’inhiber les signaux nerveux dans notre cerveau. Les récepteurs GABA sont la cible du valium, qui amplifie les effets inhibiteurs de ces récepteurs. Mais au lieu d’avoir un effet calmant comme les tranquillisants modérés, le fipronil bloque ces récepteurs, ayant pour conséquence l’effet opposé, hyper excitant les muscles des insectes. L’effet sur les insectes est comparable aux agents innervant comme la sarine, qui causent une dépression respiratoire.

Faut-il avoir peur après avoir mangé des œufs contaminés ?

« Non, car la molécule à une affinité supérieure au récepteur GABAergique des insectes qu’à celui des mammifères. En effet, l’évolution a fait que le fipronil a une grande affinité chez les insectes, mais qui est très faible chez les mammifères. Beaucoup de médicaments comme les antibiotiques, antiviraux et antiparasitaires utilisent ces différences structurelles de protéines entre l’homme et les agents infectieux, afin de ne cibler que le métabolisme du virus, de la bactérie ou du parasite.

 Le LD50 (dose létale) est une mesure de toxicité aigüe. Il s’agit de de la concentration (le plus souvent en mg de toxine par kg de poids corporel) nécessaire afin de tuer 50% de la population expérimentale (le plus souvent le rat). Plus la valeur est haute, le moins une substance est toxique. Le LD50 pour le fipronil est de 97 mg/kg chez le rat par ingestion orale, ce qui est une toxicité modérée. En comparaison, la nicotine a un LD50 de 0.8 mg/kg ou 6.5-13.0 mg/kg chez l’être humain, dépendant de la source de l’information.

  Il faut noter que ces valeurs sont une moyenne statistique, mesurée dans des laboratoires avec la substance pure. Elles peuvent varier d’un individu à l’autre. La concentration de fipronil mesurée dans certains œufs néerlandais par la NVWA (l’autorité néerlandaise de la sécurité alimentaire) est de 0.72 mg/kg, plus de 100 fois supérieure à 0.005 mg/kg, la valeur maximale autorisée et estimée inoffensive pour la santé.

 Cela veut dire qu’un individu de 65kg doit manger plus de 8000 œufs afin de consommer la dose létale de fipronile. Le BfR (Bundesinstitut für Risikobewertung) a calculé qu’un adulte de 65kg peut manger 7 œufs contaminés par du fipronile en 24 heures, sans subir des effets secondaires comme des nausées, vomissements et maux de tête. Les enfants sont tout de même soumis à un risque supérieur d’effets sur la santé dû à leur poids inférieur.

 Même s’il n’y a aucun danger direct lors de la consommation de ces œufs contaminés, il est quand même recommandé de bien vérifier l’origine de la production et, en cas de contamination éventuelle, soit de jeter les œufs ou bien de les ramener au magasin afin d’être remboursé ».

 

 

 

Antony Grüness/Alexeji Nickels