Nouvelle vague créative?

Maggie Steffen /Les métiers d’art et de création luxembourgeois en pleine évolution

Designers et artisans d’art réunis en asbl d’une part, et, d’autre part, à Differdange, le 1535°, un «creative hub» de 16.000 m2 unique dans la région: autant de signes d’un changement des mentalités bienvenu.

«Ça bouge» c’est en ces termes que Tom Wirion, directeur de la Chambre des métiers, a fort pertinemment résumé la situation en deux mots lors de présentation de la nouvelle association IDAA (Interior Designers & Artisans d’Art). Ceci aux fins de créer une plateforme d’échange et de collaboration entre les membres des deux groupes. Jouer de leurs atouts, de leurs complémentarités, exploiter les divers savoir-faire et talents en les conjuguant; promouvoir, sensibiliser, voilà grosso modo les objectifs. L’intention, la volonté sont là, encore faut-il passer à l’étape suivante et concrétiser, passer à l’action.

Citons l’exemple de Tine Krumhorn, présente aussi à 1535°, dont le dada est le Cartex, un carton ondulé. Elle imagine et façonne tout un mobilier, qu’elle peint par la suite, tel ce petit fauteuil noir que j’imagine poids plume, mais qui s’avère très lourd avec ses innombrables couches contrecollées. Une console dans les gris, dotée de petites portes en métal patiné est le fruit d’une collaboration avec un spécialiste du métal.

Si les collaborations personnelles chez IDAA n’en sont encore qu’à leur phase initiale, les projets ou vitrines communes, tels que la participation aux expositions et salons, figurent déjà sur les agendas. Voire l’organisation des Journées européennes des métiers d’art (JEMA) au Luxembourg.

Côté sud du pays, 1535°, un «centre de créativité appliquée» (creative hub) a été inauguré en octobre. Il vise la promotion de synergies entre créativité artistique, innovation, entrepreneuriat et emploi.

Pourquoi 1535°? Il s’agit en fait d’une référence au degré de fusion du fer. Et comme les ateliers sont installés dans les anciens halls tubage de l’Arbed, hommage est rendu aux ouvriers de jadis, dont Eugène Linden (40 ans d’activités).

Un remarquable mini-documentaire, signé Catherine Dauphin, à la fois incisif et sensible, relate la rencontre teintée de bonhomie et de simplicité de ce vieux monsieur de retour sur les lieux et dialoguant avec les jeunes artistes. Aucun clash de générations, je vous assure.

40 créateurs à Differdange

Que trouve-t-on dans cet immense complexe? Un bar-restaurant meublé d’objets de récupération ou remodelés, et puis des ateliers partout au rez-de-chaussée comme au premier. De tout. Des techniques de communication et jeux numériques, des arts du spectacle, musique, film, architecture, photographie, graphisme etc. La maison d’édition Zoom qui propose des livres pour enfants, est responsable du concept de A à Z. On peut d’ailleurs acquérir les dessins ou gravures.

Et les rayonnages sont remplis de marchandise jusqu’au plafond ce qui prouve que c’est bien une affaire vivante, contrairement à certains ateliers de la Schlaiffmillen, trop souvent désertés.

Ici, un artiste peut s’installer à plein temps pour seulement 6 euros le m2, ce qui suscite un grand engouement.

Chez Chromatic, vous verrez même des petits drones qui, après autorisation, vont monter à maximum 50 m, plus haut encore s’il s’agit de tours telles celles de Kirchberg. Ces prises de vue trouvent leur application tant dans les brochures que dans les films ou à la télé, pub ou doc.

Feyrouz Ashoura se dit «fashion sculptress» et affectionne les matériaux «provocants» s’adaptant au corps humain. Divers architectes ont élu domicile sur le site et c’est ainsi que je découvre les savonnettes-souvenir: rouge-blanc-bleu en forme du pays, réalisées par des ateliers intégrés. Chez Carvalho architects on part du moulage du ventre de la future maman, pour réaliser un lavabo en marbre de Carrare ou en pierre, granit ou autre. Impact émotionnel garanti lors du bain donné au nouveau-né.

L’ambiance de 1535° est celle d’un melting-pot bouillonnant et c’est avec un certain suspense qu’on se retrouvera pour faire le point dans un an ou deux.

Infos: www.1535.lu