Un nouvel élan / «Le Jeudi», notre rendez-vous avec le Luxembourg

Jacques Hillion / Dans le numéro du 28 février, Monsieur L’Homme – la bande dessinée qui accompagne Le Jeudi depuis ses débuts –, fermait définitivement le rideau. Ce n’est pas le seul. Ces dernières semaines, certains chroniqueurs ont annoncé la fin de la parution régulière de leur papier. Le Jeudi prend effectivement un nouvel élan. Point de changement drastique mais une évolution naturelle pour un hebdomadaire qui a toute sa place dans la société luxembourgeoise.

Si certaines pages et rubriques (agenda, horoscope, géopolitique, etc.) disparaissent et si les chroniqueurs sont dorénavant moins nombreux, c’est aussi pour permettre aux articles des journalistes de la rédaction de se développer et de répondre aux attentes de nos lecteurs. Des articles plus fouillés, plus longs, plus précis, plus recherchés sont les maîtres mots de l’ambition du Jeudi qui compte coller à l’évolution rapide de ce petit Grand-Duché.

Ce constat, c’est celui du Statec. Depuis 1970, la croissance de la population a été de 79%, pour s’établir au 1er janvier 2018 à 602.005 habitants, sans compter les frontaliers qui, le jour, viennent chambouler ces données. Aujourd’hui, 47,9% des résidents sont de nationalité étrangère. On n’en compte d’ailleurs pas moins de 170. Si la communauté portugaise est la plus importante (96.544 personnes) devant les française (45.822) et italienne (21.962), il est bien loin le temps où la commune de Larochette faisait exception en étant majoritairement habitée par des étrangers.

Elles sont maintenant une dizaine dans ce cas dont la capitale qui compte plus de 70% d’étrangers.

Et le lien entre toutes ces personnes reste, encore pour une bonne part, la langue française.

Pour rendre compte de ce dynamisme, la rédaction du Jeudi a décidé de faire la part belle aux témoignages. Il s’agit de donner la parole à celles et ceux qui font le Luxembourg d’aujourd’hui et d’offrir un regard sur leur travail et leur engagement.

Cette évolution s’inscrit dans la continuité du Jeudi.

Ce journal présente peu de nouvelles rubriques si ce n’est qu’il institutionnalise un portrait hebdomadaire, des reportages et des grands entretiens réguliers afin de décrypter, avec le regard non partisan qui a toujours été le sien, cette société luxembourgeoise en mutation.