Nouveau jouet

On a sorti le tram pour la première fois. Tout en douceur. Histoire de ne pas le brusquer. Car ce nouveau jouet, dont François Bausch et les édiles de la capitale attendent monts et merveilles, a été l’objet d’une campagne médiatique sans précédent. Du coup, le tram n’a pas droit à l’erreur. Le reportage en Espagne pour que le citoyen «assiste» à la construction des rames fut l’une des premières étapes. Détails techniques, explications savantes et discussions sur l’aménagement intérieur. Vint ensuite la livraison de la rame à Luxembourg. Du Sud de l’Europe jusqu’à la capitale. Un périple épique, sans trop de péripéties toutefois.
Et puis, il y eut le chantier, les explications interminables sur le tracé, le concept de mobilité dont les deux rames seront la pièce maîtresse. Et enfin, ces premiers mètres parcourus le long de la monotone avenue Kennedy pour s’assurer que tout est bien réglé. Mais ce n’est toujours pas terminé. Au mois de novembre, on pourra assister aux premières sorties en conditions réelles.
S’il est clair que le Grand-Duché a un énorme problème de mobilité, il est tout aussi évident que le gouvernement et la Ville sont accros à la communication. Ils l’auront tellement vendu ce tram, qu’on a fini par s’en lasser avant même d’y grimper, en ignorant s’il aura l’effet escompté. Heureusement, ça ne peut pas être pire. Ceux qui ont encore le courage de suivre ce feuilleton ne seront probablement pas déçus par une inauguration festive. Qui sait, peut-être que François Bausch va se transformer en wattman pour l’occasion?

Maurice Magar

PARTAGER
Article précédentSolidarité
Article suivantLe saigneur des agneaux