Les mots voyageurs / Vis-à-vis

Jean Portante / C’est quoi ce «vis» répété deux fois? L’étymologie nous le révèle. «Vis», en effet, est l’ancien mot de «visage», utilisé jusqu’au XVe siècle et n’ayant survécu tel quel que dans l’expression «vis-à-vis».

Le point de départ en est le latin «visum» qui n’est autre que l’accusatif de «visus», c’est-à-dire le participe passé du verbe «videre», «voir» donc. «Visus» est ce qui est vu. Pour dire «vis-à-vis», le français a d’autres expressions: face à face, tête-à-tête, mais pas «œil-à-œil» qui serait, étymologiquement parlant, la plus idoine. Même si l’on trouve «entre quatre yeux»… Soit dit en passant que le mot «visa», qu’on vous exige quand vous êtes extra-européen et que vous vous trouvez «vis-à-vis» d’un policier des frontières, n’est autre chose que le mot «visus» mis au féminin. Une chose vue donc. On ne demande alors pas l’«avis» du «sans visa», mais on devrait si l’on était logique avec l’étymologie. Car, oui, le mot «avis», qui est une anagramme de «visa», se disait également «vis» en ancien français – «ce m’est a vis», disait-on, venu tout droit du latin «mihi est visum». C’est tout vu quoi!