Les mots voyageurs / Taxi

Jean Portante / Qu’ont en commun un chauffeur de taxi et un taxidermiste, l’empailleur d’animaux. Alors que notre taxi est une apocope du mot plus long «taximètre». Abréviation sournoise, puisqu’elle cache la signification.

Cela dit, l’intersection entre «taximètre» et «taxidermiste», est l’élément «taxi». Remontant à l’ancien grec «táxis» («arrangement»). Issu du verbe «tássô»: arranger, ordonner (dans le sens de mettre de l’ordre).

Prenons alors le taxidermiste. Qu’arrange-t-il? Mais la peau! C’est la deuxième partie du mot qui nous le dit. «Derme». «Derma», en grec ancien. Comme dans dermatologue. Ou pachyderme. Là, le premier élément, renvoie à l’épaisseur. Le taxidermiste prend la peau d’un animal, et y remet de l’ordre. En la remplissant.

Qu’est alors un taxi? Qui, par métonymie est devenu le chauffeur de taxi. Tout simplement une voiture munie d’un taximètre. D’un instrument qui mesure – c’est ce que dit «mètre» (du grec ancien «métron»: la «mesure») – un arrangement. Un compteur en somme «ordonnant» distance et temps écoulé. Pour en sortir ce que nous devons payer.