Les mots voyageurs /Symbole

Jean Portante / Le symbole a fait un long voyage avant de devenir ce qu’il est. A savoir un signe visible qu’un groupe donné de personnes sait relier à un concept. Par exemple, la fameuse pomme symbolisant cette fameuse entreprise que tout le monde identifie. Comment en est-on arrivé là?

Pour le savoir, il suffit d’aller puiser à la source grecque, «súmbolon», et de découper le mot en ses deux constituants: «sún» (syn) et «ballein». «Sún» signifie, entre autres, «ensemble», alors que «ballein» est l’équivalent de «réunir» ou de «jeter». Le «symbole» est alors, étymologiquement parlant, ce qui a été «remis ensemble».

En Grèce, quand on scellait oralement un contrat, on brisait en deux un morceau de poterie et chacun des contractants en recevait un des bouts, qui, quand on les réunissait, s’emboîtaient parfaitement, constituant la preuve que le contrat avait bel et bien été conclu. Cette réunion des deux moitiés était le signe visible, le symbole, du contrat. Il allait plus loin que la poignée de mains d’aujourd’hui, symbole elle aussi d’accord, mais qui s’accompagne d’un signe plus fiable: la signature.