Les mots voyageurs / Porcelaine

Jean Portante / Je me souviens que, pour nous amuser, nous disions, à l’école, que la porcelaine était la femelle du porc. Dans la même veine, la corbeille devenait celle du corbeau.

Eh bien, en ce qui concerne la porcelaine, nous donnions, étymologiquement parlant, sans le savoir, dans le mille. Car, oui, «porcelaine» a à voir avec la femelle du porc. Avec la truie. Voici le voyage qu’a accompli la genèse du mot. Cela commence en Chine. Rappelons que les Anglais disent «China» pour porcelaine. Car ce sont les Chinois qui l’ont inventée. Mais, les premiers Européens à la voir, et à en être émerveillés, furent les Italiens. Qui lui donnèrent son nom: «porcellana». Où étaient-ils allés le chercher? «Porcellana», introduit ensuite dans d’autres langues, provient du latin «porcella», le féminin de «porcellus». Qui, lui, est le diminutif de «porcus». Le porc donc.

Or, il y existe un coquillage univalve qui s’appelle également «porcelaine». Dont nos Italiens croyaient que la porcelaine chinoise était faite. Et ce coquillage-là a la forme d’une vulve de truie. Du moins dans la tête de ceux qui ont forgé le mot.