Les mots voyageurs / Pile

Jean Portante /Je ne parle pas du «pile» qui s’opposerait au «face», mais de la «pile» se trouvant, par exemple, dans nos téléphones portables et qui souvent est à plat, en plus d’être plate, ce qu’elle n’a pas toujours été. La preuve, si l’on va fouiner du côté du latin, on tombe sur «pila», l’équivalent de… «colonne». De là est sorti également le français «pilier». Et c’est cela que «pile» signifie au départ.

De là à tomber pile-poil sur un amas de choses empilées les unes sur les autres, à une «pile» de livres par exemple, le pas est vite franchi.

Je parle d’un temps où l’électricité n’était pas encore inventée. Pour voir apparaître la pile électrique, il faudra attendre l’année 1799, et le physicien italien Alessandro Volta.

On sait que Volta a donné à l’électricité le volt (le watt venant de James Watt), mais il a également conçu une… colonne convertissant l’énergie chimique en énergie électrique. Se souvenant du latin, il lui a donné logiquement le nom de «pila». Nom faisant mouche deux fois, puisque la pile voltaïque est aussi essentiellement un empilement de disques de métal.