Les mots voyageurs / Personne

Jean Portante / On sait que «personne» c’est à la fois quelqu’un et… personne. Un mot qui s’auto-efface en quelque sorte. Ce que l’on sait moins, c’est que le latin dont il est issu, en l’occurrence «persona», ne clarifie rien. Puisqu’il ne désigne pas la personne, mais le masque qui la cache. Le mot proviendrait, disent certains linguistes, de l’étrusque «persu» désignant un personnage masqué. Les Romains en ont fait également un verbe: «personare», avec le sens de «se masquer».

Or, si l’on regarde bien ce verbe, on peut le scinder en deux, et on trouvera alors le préfixe «per» et le noyau «sonare». Qui ne signifie pas autre chose que «résonner». Ce qui a amené certains linguistes à dire que c’est dû au dispositif que les Romains mettaient dans leur masque, afin que la voix porte plus loin.

Si l’on va fouiner du côté du grec, on se rend compte que pour «masque», on dit «prosopon». Et revoilà l’ambiguïté, puisque «prosopon» signifie à la fois masque et… visage. Tout ça pour nous dire qu’en réalité, la personne que nous sommes joue, étymologiquement parlant, le rôle de notre personne.