Les mots voyageurs / Opportuniste

Jean Portante / Quel vent pousse l’opportuniste? La question est d’autant plus pertinente qu’entre les deux, le vent et l’opportuniste, il y a un lien, c’est ce que nous dit le voyage du mot.

On ne s’étonnera pas que le mot descende tout droit du latin «opportunus». Ni qu’on puisse isoler de ce dernier le préfixe «ob», une préposition signifiant «vers», «devant», «pour», etc., ainsi que le noyau «portus», à savoir le… port.

Littéralement, alors, «opportunus» voudrait dire «vers le port». Les Romains l’appliquaient au vent. Et de fait, on parle encore aujourd’hui, dans le langage nautique, de vents opportuns. C’est-à-dire, des vents favorables qui permettent aux navires d’arriver à bon port.

Le mot est entré au début du XIVe siècle dans la langue française, mais petit à petit il a oublié qu’il y avait en lui un «port», pour devenir, avec l’ajout du suffixe «iste», une personne qui profite opportunément de n’importe quelle situation. Tournant comme une girouette au gré du vent. Tout ça pour toujours trouver son avantage.

Et je suis sûr que vous aussi vous pensez à quelqu’un de précis en ce moment.