Les mots voyageurs / Naufrage

Jean Portante / Elle fait naufrage, notre année 2017, elle coule comme un navire. Ce qui est étymologiquement parlant normal, parce que le mot «navire» se cache dans le «naufrage». Pour lequel les Romains disaient «naufragium», et qui n’est rien d’autre que la contraction de «navifragium» qui aurait pu donner le joli mot de «navifrage» en français. Dans lequel la première partie est claire, alors que «fragium» renvoie au verbe «frangere», d’où nous tenons le mot «fracture». Et dont est également sorti l’adjectif «fragile». Littéralement, le naufrage est donc un «bris de navire».

Or, ce même «fragium», et voilà illustrée cette année qui fait naufrage, on le retrouve curieusement aussi dans le mot «suffrage». Ce suffrage qui a porté Trump au pouvoir, et en Autriche l’extrême droite… Mais où est la fracture dans le «suffrage»? On croit savoir qu’à Rome, le «suffrage», était, à l’origine, un bout de poterie, un tesson, avec lequel on votait. J’imagine alors ces pots qu’on brise et dont on donne à chaque électeur un morceau. Une histoire qui ne dit pas qui devra payer, après le suffrage – et après le naufrage – les pots cassés…