Les mots voyageurs /Crevette

Jean Portante / Chèvre ou bouc, la crevette? Ceci n’est pas une devinette. C’est simplement un regard jeté sur le voyage du mot. Transparent, le voyage. Pour faire vite, «crevette» est une altération de «chevrette», petite chèvre quoi.

Pourquoi?

Parce que, dit-on, les crevettes, sorties de l’eau, sautillent comme les chevrettes. C’est un peu court, mais bon, parfois les mots naissent comme ça.

Ce qui est curieux, c’est qu’on ait pris la femelle du bouc pour nommer la crevette. Dont on sait (du bouc) que les Romains disaient «caper», alors que la chèvre était une «capra». Or, «caper» n’a pas donné le mâle de la chèvre, en français. Pour le trouver, on est allé puiser du côté du gaulois «bucco» qui a engendré le francique «bukk», le tout venant de la racine indo-européenne «bhug» qui s’est imposée dans bien des langues, y compris germaniques (on dit «Bock» en Allemagne).

Cela dit, il se fait que, si de la chèvre est née la chevrette, du bouc est né le bouquet. Et ça signifie quoi, selon vous?

Mais tout simplement que le «bouquet» est également une crevette…