Les mots voyageurs /Brutalité

Jean Portante / Si je vous dis que le mot «brutalité» vient de l’osque, me croirez-vous? Le latin a tellement écarté, je dirais brutalement, de la péninsule italique toutes les langues qui lui faisaient concurrence, que l’osque est quasiment tombé dans l’oubli. Pourtant, Rome lui doit son alphabet.

Mais revenons à la brutalité. Si on le prend à l’état brut, le mot, en le débarrassant de ses ornements, on arrive à… «brut». S’impose alors comme source, le latin «brutus» – n’est-ce pas le nom de l’assassin de Jules César? – qui signifiait à Rome «lourd», «pesant» et désignait un être stupide, une brute quoi, ou un lourdaud.

Et c’est là que l’osque entre en jeu, parce que c’est en lui qu’est d’abord allé se nicher le mot, venant probablement du grec ancien «brithús» (lourd), n’oublions pas que les Grecs ont colonisé les côtes italiennes, Naples, par exemple, «Neapolis» («Ville nouvelle»), où l’on parlait l’osque avant la conquête romaine.

Cela dit, le français a attendu jusqu’au XVe siècle avant de récupérer du latin le mot «brutalité». Comme si, avant, on ne faisait que se caresser en France.