Mise en lumière de nouveaux talents chorégraphiques

Florence Bécanne / Avec son nouveau programme «Les Emergences», le Centre de création chorégraphique luxembourgeois (TROIS C-L) se fait plus que jamais tremplin pour la jeune danse contemporaine.

Tout a l’air d’être mis en œuvre ces derniers temps pour rendre les artistes polyvalents et donc autonomes. Cela a commencé en 2013 avec Create your future, une formation continue à l’attention principalement des artistes, toutes disciplines confondues. Or, Create your future était une initiative commune de l’Agence luxembourgeoise d’action culturelle et du TROIS C-L. Il n’y avait donc qu’un pas de plus à franchir pour ce dernier pour proposer un dispositif similaire d’aide réservé aux professionnels de la danse. C’est désormais chose faite avec «Les Emergences».

La danse a de l’avenir

«Les Emergences», c’est un encadrement administratif, communicationnel, technique et artistique, auquel vient s’ajouter un soutien financier qui peut aller jusqu’à 6.000 euros, destiné aux chorégraphes émergents, c’est-à-dire ayant moins de cinq créations à leur actif, luxembourgeois ou assimilés. Soit un programme utile qui vise la professionnalisation de l’artiste. Auquel il est demandé d’être créatif, d’avoir sa propre écriture chorégraphique et de savoir la transmettre, de gérer danseurs et techniciens, mais aussi de présenter, voire promouvoir ses pièces, de remplir des dossiers, d’établir et de respecter un budget, de rédiger des contrats, etc.
Sur les nombreux candidats intéressés par «Les Emergences» 2015, huit ont été retenus. Ce sont donc deux sessions qui verront le jour en 2015 (Quant à 2016, la date limite de dépôt des demandes d’aide à la création émergente est aujourd’hui ). La partie publique du premier «volume» a commencé hier, celle du second «volume» se déroulera en novembre (le 9 au Cercle Cité et du 19 au 22 à la Banannefabrik). Car «Les Emergences», c’est aussi une collaboration. Entre le TROIS C-L et le Cercle Cité. Pour que la danse sorte de ses murs et puisse aller à la rencontre d’un public non initié, mais curieux.
Le «prélude» au premier volume avait lieu hier au Cercle Cité. Peut-être une incitation à venir du 23 au 26 avril à la Banannefabrik. Car chaque lieu a son concept. Celui de la Banannefabrik est classique: une représentation par soirée ou après-midi. Au Cercle Cité, les chorégraphies sont brutes (pas de décor ni de lumière spécifiques), toutes ont lieu simultanément et c’est donc à la flânerie d’une salle à l’autre que le public est invité. Ceux qui ont aimé l’avant-goût pourront revoir du 23 au 26 avril We are we de Jill Crovisier, déjà présente lors des vingt ans du TROIS C-L avec I dare… what?, Their past de Simone Mousset, D’Stéck d’Annick Schadeck et Michèle Tonteling – Simone Mousset et Annick Schadeck faisaient partie de la troupe de danseuses de FrauenTanz, la pièce de Jean-Guillaume Weis coproduite par les Théâtres de la Ville de Luxembourg – et Love me tender de Léa Tirabasso, un duo de danse-théâtre qui sera aussi représenté en juin au TripSpace à Londres.

* Les 23, 24 et 25 avril à 20.00h et le 26 avril à 17.00h à la Banannefabrik, 12 rue du Puits, Luxembourg-Bonnevoie. Tél.: 40.45. 69. Infos et réserv.: www.danse.lu.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE