Meurthe-et-Moselle: une session du conseil départemental au Luxembourg

Le conseil départemental de Meurthe-et-Moselle organise, pour la première fois, lundi une session publique sur le thème de la coopération transfrontalière au Luxembourg, a-t-il annoncé mardi dans un communiqué.

La session publique, introduite par la ministre et présidente luxembourgeoise du sommet des exécutifs de la Grande région, Corinne Cahen (Parti démocratique), et le président du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle, Mathieu Klein (PS), sera consacrée à l’étude d’un rapport sur la réalité, les enjeux et les perspectives de la coopération transfrontalière. La Grande région est un groupement européen de coopération territoriale (GECT) associant le Luxembourg, l’Allemagne, la Belgique et la France.

« Le président est très impliqué dans la Grande région. Il lui a semblé important qu’un acte soit posé de manière formelle », a expliqué à l’AFP le service communication du conseil départemental de Meurthe-et-Moselle.

« C’est la première fois qu’un département tient une session publique dans un autre pays », a-t-on souligné. « Quatre thématiques seront particulièrement mises en avant: les mobilités, les enjeux d’aménagement et de codéveloppement des territoires frontaliers, les questions de connaissance de la langue et de la culture du voisin ainsi que les structures de coopération », est-il listé dans le communiqué.

D’après l’observatoire interrégional de l’emploi, 25.000 des 338.200 actifs du département, selon des chiffres remontant à 2013, se rendent quotidiennement au Luxembourg (75%), dans les régions allemandes (20%) et en Belgique (5%) pour travailler. « On essaie de développer des actions, des projets, des pistes notamment dans le domaine de l’emploi », a indiqué le conseil départemental.

La Sarre et la Rhénanie-Palatinat allemandes, la Lorraine française, le Grand Duché de Luxembourg ainsi que la Wallonie, la fédération Wallonie-Bruxelles et la communauté germanophone belge composent la Grande Région qui compte, selon les chiffres de 2015, 219.000 travailleurs transfrontaliers, détaille le site internet. Le taux de chômage était de 7,9% en 2015, soit 1,5 point de moins que la moyenne européenne.