Lydia Mutsch au Conseil informel des ministres de la Santé à Vienne

La ministre luxembourgeoise a proposé la création d’une plateforme électronique permettant de prévenir des pénuries de médicaments dans l’UE.

Un nombre très important d’intervenants, y inclus le commissaire en charge de la Santé, Vytenis Andriukaitis, ont cité l’initiative de collaboration BENELUXA comme exemple à suivre. Ce modèle de coopération et d’échange entre la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, l’Autriche et l’Irlande vise à agir sur le prix des nouveaux médicaments et à acquérir une meilleure connaissance des médicaments innovants en voie de développement.
Un plan d’action avec des mesures concrètes sera élaboré dans les semaines à venir par la présidence.

Concernant le deuxième sujet de discussion consacré à la digitalisation, Lydia Mutsch a uni sa voix à celle des autres ministres qui ont réitéré les avantages découlant d’une digitalisation interopérable et susceptible de favoriser un échange de données qui est dans l’intérêt de la santé des patients.
Pour Lydia Mutsch, «les efforts au niveau européen doivent se centrer sur l’échange électronique des données de santé qui présentent un véritable bénéfice pour les patients».
Elle a cité la stratégie «Digital Luxembourg» comme illustration de la volonté politique du gouvernement d’accompagner de manière active le virage numérique.

La présidence et les ministres ont donné mandat à la Commission de développer pour 2019 les bases pour une infrastructure européenne permettant d’exploiter pleinement le potentiel de la digitalisation dans le domaine de la santé dans tous les États membres.

Communiqué