Luxembourg/La politique anti-tabagique pratiquée jusque là n’a donc pas porté ses fruits

Le 31 mai est la Journée mondiale sans tabac. La Fondation Cancer profite de cet évènement pour publier son enquête annuelle sur le tabagisme au Luxembourg.

La politique anti-tabagique pratiquée jusque là n’a donc pas porté ses fruits.

Le pourcentage de fumeurs a augmenté cette année par rapport à 2016, passant de 20 % à 21 %. Le nombre de fumeurs au Luxembourg est resté stable depuis 2013.
Vu l’entrée en vigueur de la nouvelle loi anti-tabac le 1er août 2017, il reste à espérer que l’année 2017 soit une année de transition et que les chiffres pour 2018.

Selon la Fondation Cancer, force est de constater que le pourcentage de fumeuses augmente de façon continue depuis quelques années.

Le plus grand pourcentage de fumeurs est observé chez les 25-34 ans avec 27 %. Ce groupe voit une hausse de 2 % de 2016 à 2017 et redevient le plus fumeur de tous. Dans le groupe d’âge des 18-24 ans, le pourcentage des fumeuses est en augmentation depuis quatre ans.

La consommation de la pipe à eau est la plus fréquente chez les jeunes de 15 à 24 ans où 24 % fument la shisha, donc à peu près 1 adolescent sur 4.

L’e-cigarette reste un phénomène assez marginal : au Luxembourg, il y a 6 000 vapoteurs, représentant 1,2 % de la population interrogée.

 

Population de 495 000 résidents (à partir de 15 ans) :
•391 050 habitants sont non-fumeurs
•103 950 habitants sont fumeurs (79 200 tous les jours)
•57 173 fumeurs aimeraient arrêter de fumer (55 %)
•22 869 fumeurs aimeraient fumer moins (22 %)
•23 909 fumeurs sont satisfaits de leur état tabagique (23 %)

Ces résultats proviennent de l’enquête représentative de TNS Ilres réalisée en 2017. L’institut de sondage a interrogé 4 225 personnes âgées de plus de 15 ans résidant au Luxembourg sur leurs comportements face au tabac. L’enquête met en exergue un résultat décevant : la situation est quasi inchangée depuis 5 ans.

www.cancer