Au Luxembourg commence à fonctionner de façon officielle l’Observatoire de l’islamophobie

Dès le premier jour de la nouvelle année 2018, au Luxembourg commence à fonctionner de façon officielle l’Observatoire de l’islamophobie.
L’Observatoire se concentrera prioritairement au suivi de l’état des lieux de l’islamophobie au Luxembourg. Quoique la situation concernant ce phénomène paraisse meilleure au Luxembourg que dans les pays voisins, l’absence de données officielles quelles qu’elles soient concernant l’islamophobie ne de tirer pas une conclusion claire et précise.

La loi sur une éventuelle interdiction du niqab, qui concernerait une quinzaine de femmes musulmanes au Luxembourg, constitue l’exemple le plus banal de tentative visant à restreindre les libertés de façon insensée.
Le dernier cas de pratique de l’exclusion a pris aussi pour cible une musulmane, en l’occurrence une avocate – à laquelle il a été interdit, parce qu’elle portait le voile, de prêter serment.

Les données collectées serviront de base à la rédaction d’un rapport annuel. L’Observatoire compte sur l’assistance des organisations proches et surtout sur celle des citoyens qui sont priés de dénoncer toute forme de discours de haine, de pratique de l’exclusion, de violence verbale ou même physique, motivée par la véritable ou prétendue appartenance à l’islam de qui que ce soit, par courriel islamophobia@iredi.lu ou bien par appel téléphonique au numéro +352 691 568 776.

L’Observatoire agira au sein de l’Institut de recherches, d’éducation et de dialogue interculturel (IREDI).

L’Observatoire de l’islamophobie a instauré également une distinction portant le nom de Jean-Michel Yahya Treinen (« Yahya » pour son prénom islamique, qui est l’équivalent arabe de « Jean ») – l’auteur de la première traduction du Coran en luxembourgeois.
Cette distinction sera décernée une fois par an à des individus pour récompenser leurs mérites exceptionnels dans la lutte contre toutes les manifestations de haine.

Communiqué