L’UE dispose d’un « arsenal de mesures » contre Trump

Le commissaire européen Pierre Moscovici a confirmé jeudi que l’UE disposait d’un « arsenal de mesures » au cas où le président américain Donald Trump mettrait à exécution sa menace de surtaxer les importations d’acier et l’aluminium.

« Si Donald Trump confirme ses mesures, à ce moment-là nous avons tout un arsenal », a affirmé le commissaire sur BFM TV et RMC. Il était interrogé sur les risques d’une guerre commerciale après l’annonce par le président américain de sa volonté de taxer fortement les importations d’acier et d’aluminium.

Ce dispositif européen comporte plusieurs éléments: le premier, présenté mercredi par la Commission, prévoit « des contre-mesures sur des avantages que nous avons consenti sur des produits comme les oranges, le tabac, comme le bourbon ».

Selon M. Moscovivi, le but est de toucher ainsi « des produits fabriqués dans des circonscriptions » tenues par les Républicains, le parti le Donald Trump, en particulier celle du président de la Chambre des représentants Paul Ryan. « C’est pour faire comprendre au Congrès que c’est perdant-perdant », a assuré le commissaire européen, qui envisage aussi des « mesures de sauvegarde » pour éviter que le marché européen ne soit inondé d’acier qui ne pourrait s’écouler aux Etats-Unis. Bruxelles se réserve également « le droit de porter les différends éventuels devant l’OMC », a-t-il ajouté. « Nous ne devons pas accepter que le monde devienne du chacun pour soi et nous devons garder le cadre multilatéral », a insisté M. Moscovici. « Le protectionnisme n’est jamais la réponse. Le protectionnisme, c’est le nationalisme.

Le nationalisme, c’est la guerre et la guerre ne fait que des perdants », a-t-il déclaré. La commissaire Cecilia Malmström avait détaillé mercredi les mesures en préparation par Bruxelles, à commencer par une liste de produits américains qui pourraient être taxés afin de compenser en valeur le dommage causé à l’industrie européenne. Cette liste, encore en discussion, comprend « des produits en acier, industriels et agricoles », et notamment « certains types de bourbon » ainsi que « le beurre de cacahuète, les airelles et le jus d’orange », a précisé Mme Malmström.

La président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait déjà révélé que des marques symboliques comme Harley-Davidson et Levi’s, ainsi que le bourbon, se trouvaient dans le collimateur de Bruxelles. Les Européens exportent environ 5 milliards d’euros d’acier et 1 milliard d’euros d’aluminium chaque année vers les Etats-Unis.