l’UE doit accroître la pression sur la Russie

European Commission President Jean-Claude Juncker, right, speaks on a mobile phone as German Foreign Minister Heiko Maas addresses journalists during a media conference at EU headquarters in Brussels on Friday, April 13, 2018.

L’UE doit accroître la pression sur la Russie pour l’amener à changer d’attitude dans les nombreuses crises dans lesquelles elle est impliquée, a plaidé vendredi à Bruxelles le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas.

« Nous ne pouvons pas tolérer les échecs au Conseil de sécurité des Nations unies à cause du veto de la Russie. On ne peut pas continuer ainsi. Nous devons accroître la pression sur la Russie pour l’amener à changer d’attitude. C’est la condition sine qua non pour régler la question du conflit syrien », a-t-il soutenu au cours d’une conférence de presse avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

La Russie a opposé son veto mardi au Conseil de sécurité à un projet de résolution américain prévoyant de créer un mécanisme d’enquête sur le recours aux armes chimiques en Syrie après les attaques de samedi à Douma.

Le chef de la diplomatie allemande a réitéré son soutien à la proposition défendue par la France de traduire les responsables d’attaques chimiques devant la justice pénale internationale. « L’utilisation d’armes chimiques ne doit pas rester impunie, sans conséquences. On ne peut pas faire comme si de rien n’était », a estimé M. Maas. « Mais nous ne pouvons pas fermer le dialogue avec la Russie », a-t-il cependant averti. « L’Ukraine, l’empoisonnement à Salisbury, l’intervention en Syrie, les interventions dans les processus démocratiques doivent être abordés et nous devons voir comment réagir », a affirmé le ministre allemand.

M. Maas participera lundi à Luxembourg à une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE au cours de laquelle doit être réaffirmée l’unité des Etats membres face à Moscou et sur le conflit en Syrie.

Les 28 ont unanimement imputé à la Russie l’utilisation d’un agent chimique pour tenter d’éliminer un ancien agent double russe en Grande-Bretagne, mais ils se sont divisés sur les sanctions. La majorité des pays membres ont expulsé des diplomates russes de leur territoire, mais plusieurs se sont contentés de rappeler leur ambassadeur à Moscou pour consultations. Le chef de la diplomatie allemande s’est prononcé pour un recours de plus en plus fréquent au vote à la majorité qualifiée lors des réunions consacrées aux affaires étrangères afin de pouvoir dégager des positions tranchées et ensuite agir.