L’Ouzbékistan exempte les Allemands de visa pour les courts séjours

Les Allemands n’auront plus besoin de visa pour se rendre en Ouzbékistan, devenant les deuxièmes ressortissants de l’UE après les Français à en être exemptés, ont annoncé vendredi les autorités de ce pays d’Asie centrale, qui misent sur un boom du tourisme.

L’exemption de visa, qui couvre les séjours de moins de 30 jours, entrera en vigueur le 15 janvier, a précisé le Comité ouzbèke pour le tourisme, selon lequel plus de 18.000 Allemands ont visité le pays en 2018, soit presque cinq fois plus que deux ans auparavant.

Les Français ont été les premiers à bénéficier en octobre d’une exemption de visa similaire. Le président ouzbèke Chavkat Mirzioïev doit se rendre en Allemagne en janvier, après avoir rencontré l’année dernière ses homologue américain Donald Trump et français Emmanuel Macron.

Ces rencontres sont perçues comme un encouragement à l’ouverture relative de cette ex-république soviétique après la mort du président Islam Karimov, à la tête du pays pendant 25 ans, et l’arrivée au pouvoir de M. Mirioïev en 2016.

L’Ouzbékistan cherche à améliorer ses relations avec les Occidentaux afin d’attirer les investissements après des décennies d’isolement. Cette stratégie passe notamment par le développement du tourisme, longtemps freiné par des pratiques répressives comme l’interdiction de photographier dans les stations décorées du métro de Tachkent.

Point de passage de la Route de la Soie pendant des siècles, le pays offre aux touristes plusieurs villes aux édifices historiques renommés, comme Samarcande (sud), classée depuis 2001 au patrimoine mondiale de l’Humanité.

En décembre 2016, un décret présidentiel assouplissait les conditions de délivrance des visas, voire les supprimait, pour 27 pays développés mais la mesure avait été annulée avant son entrée en vigueur en raison de craintes pour la sécurité du pays.