Le patron de l’escrime international: l’autre côté de la médaille

Alisher Usmanov, le milliardaire russe arrivé comme un messie à la tête de la Fédération internationale d’escrime (FIE) en 2008, après les Jeux de Pékin, est la personne emblématique de l’escrime internationale. Passionné par les trois mousquetaires, il avait toujours l’envie de faire de l’escrime son métier.  Très investi dans le monde sportif, Alisher Usmanov est notamment aussi l’actionnaire majoritaire du prestigieux club de football londonien d’Arsenal.

Lors de la dernière assemblée générale élective organisée dans son pays natal, le 3ème homme le plus fortuné de Russie n’avait à rien à craindre concernant son réélection. Ayant fait fortune dans l’industrie métallurgique au travers de son conglomérat Metalloinvest et devenu le premier investisseur privé de Facebook, il aurait généreusement donné à la FIE une somme de 37 millions d’euros. Président de la fédération internationale, il a en outre présidé la confédération européenne d’escrime, enregistrée au Luxembourg, ainsi que la fédération d’escrime de Russie. Il a fondé d’autre part la fondation internationale de bienfaisance « Pour l’avenir de l’escrime ». Bien qu’il ait le mérite d’avoir modernisé l’escrime, Usmanov a eu cependant une vie bien tourmentée.

Réputé proche de Poutine, Usmanov est né en 1953 à Chust, dans l’est de l’Ouzbékistan, alors République soviétique. Diplômé de l’institut des relations internationales de Moscou, il retourne à Tachkent, où il travaille au Comité soviétique pour la paix, une association qui s’engage pour la démilitarisation des pays de l’ouest. En réalité cette structure constituait un véritable nid d’espions, selon un article publié par Le Point.

Agé de 26 ans, l’actuel président qui siège de plus dans la commission du comité olympique international, a été emprisonné pendant six ans, après avoir été condamné par le tribunal du district militaire du Turkmenistan pour vol de biens soviétiques. Selon Le Point, « il aurait extorqué 30 000 roubles à un officier de l’armée. » Usmanov n’aime cependant pas se rappeler de cet épisode, soutenant toujours que la Cour suprême d’Ouzbékistan, le 3 mai 2000, a annulé le jugement de 1980.

Actuellement, il fait le bad buzz sur internet à cause d’une vidéo où il règle ses comptes avec l’opposant Alexeï Navalny, achevant sa tirade en faisant signe qu’il lui cracherait dessus.