Le gouvernement crée un Comité pour la mémoire de la Deuxième Guerre mondiale

Photo: archives Editpress

Le gouvernement a adopté un projet de loi et un règlement grand-ducal pour la création d’un Comité pour la Mémoire de la Deuxième Guerre mondiale. Un pas supplémentaire vers la création de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP), prévu comme centre interdisciplinaire auprès de l’Université du Luxembourg. Le mois passé, les députés avaient ce sens voté l’intégration du Centre virtuel de la connaissance sur l’Europe à l’université.

L’institut regroupera « un certain nombre d’institutions actives dans le domaine de l’histoire contemporaine, y compris le volet « recherche » du Centre de Documentation et de Recherche sur la Résistance et du Centre de Documentation et de Recherche sur l’Enrôlement forcé ». La volonté du gouvernement est de différencier entre, d’un côté, la recherche scientifique en histoire contemporaine du Luxembourg, ancrée auprès de l’IHTP, et, de l’autre côté, le devoir de mémoire qui entrera dans les attributions d’un nouveau Comité.

Ainsi, il sera créé un Comité unique pour la Mémoire de la Deuxième Guerre mondiale qui prendra la relève du Comité directeur pour le Souvenir de la Résistance et du Comité directeur pour le Souvenir de l’Enrôlement forcé. Ce nouveau Comité aura notamment pour mission de perpétuer la mémoire de la Résistance, de l’Enrôlement forcé, de la Shoah et des victimes de la Deuxième Guerre mondiale en général. Des représentants de la communauté juive y rejoindront les représentants de la résistance et de l’enrôlement forcé.

Le Comité constituera ainsi l’organe représentatif et l’interlocuteur pour les autorités publiques pour l’organisation d’événements commémoratifs mais aussi, par exemple, pour fixer une Journée nationale du souvenir des événements de la Seconde Guerre mondiale.

Tout ce volet « mémoire » sera hébergé à la Villa Pauly, alors que l’ancienne gare de Hollerich, dédiée aujourd’hui aux enrôlés de force, deviendra un centre pédagogique.

LH

Lire aussi: Histoire du temps présent: Adieu, CVCE!

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE