L’art de tout oser

Gauguin au Grand Palais à Paris Roger Pierre Turine Il y a trois ans, la Fondation Beyeler, à Riehen, avait ébloui par la grâce d’un Gauguin chromatique. N’avait-il pas, à lui seul, osé des coloris fulgurants servis par des aplats et des césures en révolte contre les conformismes! Précurseur d’une Modernité conjointement libérée par les
Cher lecteur, Cet article fait partie de l'offre prémium du Jeudi. Cliquez ---ici --- pour décourvir nos différentes formules d'abonnement. ---Abonnez-vous--- ou ---identifiez-vous--- pour lire le reste de l'article.