La grève évitée

Maurice Magar / Enfin un compromis accepté par tous les intéressés après de longues négociations, une conciliation ratée et une réunion de la dernière chance le jeudi 24 août. L’administration nationale de l’aviation (ANA), le ministère des Infrastructures, la direction de l’aviation civile (DAC) et les représentants du personnel ont sorti du chapeau une cogestion de l’aéroport par Lux-Airport et l’ANA. Au printemps, déjà, une telle proposition s’était retrouvée sur la table du ministre. Mais la DAC n’avait pas voulu jouer le jeu, évoquant des problèmes avec la directive européenne. François Bausch disait encore le 24 août qu’il ne pouvait imposer le compromis trouvé à la DAC qui, même si elle dépend du ministère, est un régulateur indépendant.

Alors pourquoi la DAC a-t-elle accepté cette nouvelle proposition qui, d’après les syndicats, est pratiquement la même que celle émise au printemps? François Bausch aurait-il pris une décision strictement politique sur ce dossier afin de trancher une bonne fois pour toutes et, peut-être, de se racheter auprès du personnel qui craignait une privatisation des compétences de l’ANA après son annonce de nommer Lux-Airport comme seul exploitant?

Les spéculations sont permises, surtout étant donné qu’une grève au Findel à quelques semaines des communales et à quatorze mois des législatives aurait été un contretemps majeur pour les partis de la majorité. Aujourd’hui, le ministre des Infrastructures peut se targuer d’avoir trouvé une solution qui met tous les acteurs d’accord.