La justice russe saisit les biens du metteur en scène Serebrennikov

La justice russe a annoncé jeudi avoir ordonné la saisie des biens et actifs du metteur en scène Kirill Serebrennikov, assigné à résidence dans l’attente de son procès controversé pour détournement de fonds publics.

« Les comptes en roubles et en devises étrangères, l’appartement et la voiture (de M. Serebrennikov) ont été saisis », a indiqué à l’AFP une porte-parole du tribunal Basmanny de Moscou, Iounona Tsareva.

Au total, plus de 360.000 roubles (environ 5.200 euros) et plus de 60.000 euros ont été saisis sur les comptes bancaires de M. Serebrennikov, ainsi que plus de 4.000 dollars en espèces, a-t-elle expliqué.

Mme Tsareva n’a pas précisé si l’appartement saisi était celui où le metteur en scène se trouve assigné à résidence depuis août. Selon les enquêteurs, le théâtre de M. Serebrennikov a détourné entre 2011 et 2014 près d’un million d’euros de subventions publiques grâce à un système de devis et factures gonflés.

Directeur du centre théâtral Gogol et metteur en scène d’un ballet pour le Bolchoï de Moscou, Kirill Serebrennikov a dénoncé les accusations le visant comme « absurdes ». Il a reçu le soutien de nombreuses personnalités artistiques russes et étrangères. Metteur en scène reconnu en Europe et réalisateur de films présentés aux festivals de Cannes et Venise, M. Serebrennikov avait été arrêté dans la nuit du 21 au 22 août et assigné à résidence, alors qu’il se trouvait en plein tournage à Saint-Pétersbourg et qu’il devait monter un opéra à Stuttgart, en Allemagne. Sans s’opposer ouvertement au président Vladimir Poutine, le cinéaste avait plusieurs fois critiqué les pressions croissantes exercées sur la création artistique en Russie sous prétexte de promotion des valeurs conservatrices. Ses oeuvres, abordant des thèmes comme la politique, la religion ou la sexualité, étaient régulièrement critiquées par les militants orthodoxes et les autorités.