Juncker critiqué après ses félicitations à Poutine

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker s’est retrouvé mardi sous le feu de critiques britanniques pour son message de félicitation au président russe Vladimir Poutine dans lequel il n’a pas fait mention des tensions provoquées par l’empoisonnement d’un ex-espion russe en Grande-Bretagne.

« J’ai toujours soutenu que des relations positives entre l’UE et la Fédération de Russie sont cruciales pour la sécurité de notre continent. Notre objectif commun devrait être de rétablir un ordre de sécurité paneuropéen », a écrit le président de l’exécutif européen. « J’espère que vous utiliserez votre quatrième mandat pour poursuivre cet objectif », a plaidé Jean-Claude Juncker.

« Cette lettre de Jean-Claude Juncker est honteuse », a aussitôt protesté dans un communiqué l’eurodéputé britannique Ashley Fox, chef du groupe des conservateurs britanniques au Parlement européen.

« Féliciter Vladimir Poutine pour sa victoire électorale sans faire référence au truquage clair des bulletins de vote qui a eu lieu est déjà assez mauvais. Mais le fait qu’il n’ait pas mentionné la responsabilité de la Russie dans l’attaque avec un agent neurotoxique militaire contre des innocents dans ma circonscription est écoeurant », a dénoncé M. Fox.

Ce dernier est député européen pour la circonscription d’Angleterre du Sud-Ouest, où est située la petite ville de Salisbury, lieu de l’empoisonnement le 4 mars de l’ex-agent russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, hospitalisés depuis dans un état grave.

« Le président de la Commission européenne apaise un homme (ie M. Poutine) qui représente une menace évidente pour la sécurité de l’Occident », a accusé le député britannique.

L’ancien Premier ministre belge Guy Verhofstadt, président de l’Alliance des Libéraux et des Démocrates pour l’Europe (ALDE) au Parlement européen, s’est également montré très sévère. « Ce n’est pas le moment de féliciter », a-t-il affirmé sur son compte Twitter.

« Nous aurons toujours besoin d’un dialogue avec la Russie, mais des liens plus étroits doivent être conditionnés par le respect de l’ordre international fondé sur des règles et des valeurs fondamentales », a soutenu M. Verhofstadt.

Le président du Conseil européen, le conservateur polonais Donald Tusk, semble avoir également pris ses distances. « Donald Tusk n’a pas adressé de lettre de félicitations à Vladimir Poutine et je ne serais pas surpris qu’il ne le fasse pas », a commenté un haut responsable européen sous couvert de l’anonymat. Jean-Claude Juncker n’est pas le seul dirigeant européen à avoir envoyé leurs félicitations à Vladimir Poutine.

La chancelière allemande Angela Merkel l’a ainsi « chaleureusement félicité ». Le président français Emmanuel Macron lui a également adressé « ses voeux de succès » après sa réélection, tout en l’appelant à « faire toute la lumière sur les responsabilités » dans l’affaire Skripal. Donald Tusk a fait inscrire la crise avec Moscou à l’ordre du jour de la première journée du sommet des dirigeants de l’UE jeudi à Bruxelles.

La Première ministre britannique Theresa May y présentera à ses homologues les résultats de l’enquête menée sur cet empoisonnement et les éléments de preuve lui permettant à ses yeux d’incriminer Moscou. La Russie dément toute implication. Les relations entre l’Union européenne et la Russie se sont dégradées depuis l’annexion de la Crimée et le début d’un conflit meurtrier dans l’est de l’Ukraine en 2014. Elles se sont encore envenimées avec l’empoisonnement de Salisbury.

Les pays membres de l’UE ont invité lundi la Russie à coopérer à l’enquête et à « communiquer immédiatement et intégralement son programme Novitchok (l’agent neurotoxique identifié à Salisbury) à l’OIAC (Organisation pour l’interdiction des armes chimiques). Dans le cas contraire, Les dirigeants de l’UE sis disent prêts à se « coordonner sur des mesures » à prendre contre la Russie, selon le projet de déclaration préparé pour le sommet et vu mardi par l’AFP. Le texte ne fait toutefois pas référence à de nouvelles sanctions.