Juncker appelle l’UE à « devenir davantage un acteur global »

European Commission President Jean-Claude Juncker delivers his State of the Union speech at the European Parliament )

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a appelé mercredi l’Europe à « devenir davantage un acteur global » en prenant conscience de sa force sur la scène mondiale, lors de son dernier discours sur l’état de l’UE.

« Nous devons devenir davantage un acteur global », a plaidé en français le chef de l’exécutif européen devant les eurodéputés réunis en session plénière à Strabourg. « Oui, nous sommes des payeurs globaux, mais nous devons aussi être des acteurs globaux », a-t-il poursuivi en anglais.

Juncker veut une force de « 10.000 gardes-frontières européens » d’ici 2020.

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a appelé mercredi devant le Parlement européen à un renforcement significatif de l’agence européenne de gardes-frontières, proposant qu’elle puisse disposer d’ici 2020 de 10.000 agents mobilisables aux confins de l’Union.

« Nous proposons de renforcer encore l’Agence européenne de gardes-frontières et gardes-côtes pour mieux protéger nos frontières extérieures avec 10.000 gardes-frontières » d’ici 2020, a dit le chef de l’exécutif européen lors de son dernier discours sur l’état de l’UE prononcé à Strasbourg.

L’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (nouveau nom de Frontex depuis 2016) a été sensiblement renforcée ces dernières années dans le cadre des mesures de l’UE pour faire face aux arrivées de migrants. Ses effectifs sont ainsi passés de moins de 300 personnes en 2014 à 1.300 prévues en 2018, avec en plus une « réserve » de 1.500 agents nationaux mobilisables par l’agence européenne.

La Commission européenne propose désormais aux Etats membres d’en faire une véritable « police européenne des frontières extérieures », avec « un corps permanent de 10.000 agents en place en 2020 », incluant des experts en matière de renvois de migrants irréguliers vers leurs pays d’origine. Le nombre global d’agents qui composeront ce corps européen inclut le personnel propre de l’Agence européenne (1.500 agents d’ici 2020, 3.000 en 2027 selon le projet de la Commission), ainsi que des agents détachés par les Etats membres à court ou long terme (8.500 au total en 2020, 7.000 en 2027 quand l’agence disposera de davantage d’agents européens). Bruxelles veut également que cette agence soit dotée « de pouvoirs exécutifs et de son propre équipement ».

La Commission a indiqué avoir « réservé 2,2 milliards d’euros dans le budget de l’Union pour la période 2021-2027 » pour qu’elle puisse « non seulement acquérir mais aussi entretenir et exploiter des moyens aériens, maritimes et terrestres pour ses opérations ». Le personnel du « corps permanent » pourra effectuer des patrouilles aux frontières, y compris des contrôles d’identité, avec la possibilité d’intercepter les personnes traversant la frontière de manière irrégulière.

Juncker propose « une nouvelle alliance » entre l’UE et l’Afrique

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a proposé mercredi de bâtir « une nouvelle alliance », « un nouveau partenariat » entre l’UE et le continent africain, qui viserait à y créer jusqu’à 10 millions d’emplois dans les cinq prochaines années.

« La Commission propose aujourd’hui une nouvelle alliance (…) pour des investissements et des emplois durables », a-t-il déclaré devant le Parlement européen à Strasbourg.

Un nouveau partenariat économique de continent à continent « permettrait à créer jusqu’à 10 millions d’emplois en Afrique dans les cinq prochaines années », a-t-il souligné.

Juncker veut « renforcer le rôle international de l’euro » face au dollar

La Commission européenne va présenter « avant la fin de l’année des propositions pour renforcer le rôle international » de l’euro face au dollar, a annoncé mercredi son président Jean-Claude Juncker.

« L’euro doit devenir l’instrument actif de la nouvelle souveraineté européenne », a déclaré M. Juncker lors de son dernier discours sur l’état de l’UE prononcé à Strasbourg. « Il est aberrant que l’Europe règle 80% de sa facture d’importation d’énergie — qui s’élève à 300 milliards d’euros par an — en dollars américains alors que 2% seulement de nos importations d’énergie nous proviennent des Etats-Unis », a-t-il estimé. « Il est aberrant que les compagnies européennes achètent des avions européens en dollars et non pas en euros », a ajouté M. Juncker.

Selon le Luxembourgeois, qui n’a pas détaillé les propositions que présentera la Commission, la première étape consiste à renforcer l’Union économique et monétaire (UEM).

« De nombreuses propositions de la Commission en ce domaine n’attendent qu’à être adoptées par ce Parlement et le Conseil », a-t-il rappelé. Bruxelles a notamment proposé de créer un « Fonds monétaire européen » pour venir en aide aux pays de la zone euro en difficulté et a aussi mis en avant des dispositions pour achever l’Union bancaire. La France est très engagée dans l’approfondissement de la zone euro, mais les propositions de la Commission rencontrent toujours l’hostilité d’une partie des pays ayant adopté la monnaie unique.

Brexit: Londres ne peut pas être dans « certaines parties du marché unique »

Le Royaume-Uni ne peut pas être dans « certaines parties » seulement du marché unique après son départ de l’Union européenne en 2019, a affirmé mercredi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker devant le Parlement européen.

« Le gouvernement britannique doit comprendre que quelqu’un qui quitte l’Union ne saurait avoir la même position privilégiée qu’un Etat membre. Si on quitte l’Union, on ne fait évidemment pas partie de notre marché unique et certainement pas de certaines de ses parties », a déclaré M. Juncker dans son dernier discours sur l’état de l’UE à Strasbourg.