Joie esthétique / Hans Hofmann au Musée national d’Histoire et d’Art

Marie-Anne Lorgé / Pour «avoir vu passer les futures stars dans ses cours, pour avoir connu tous ceux qui ont fait l’art moderne», pour sa façon aussi «d’avoir ajouté une troisième dimension aux acquis notamment de Cézanne», Hofmann mérite d’être découvert. Et le MNHA s’y emploie, grâce au fonds de l’Université de Berkeley, cette institution
Cher lecteur, Cet article fait partie de l'offre prémium du Jeudi. Cliquez ---ici --- pour décourvir nos différentes formules d'abonnement. ---Abonnez-vous--- ou ---identifiez-vous--- pour lire le reste de l'article.