Jean-Claude Juncker: « Nous devons également défendre nos intérêts économiques à l’égard des États-Unis »

L’Union européenne s’est dit prête mercredi à « réagir de façon adéquate en quelques jours » aux nouvelles sanctions américaines adoptées contre la Russie, si jamais celles-ci portaient atteinte aux entreprises énergétiques européennes.

« Après la signature des sanctions américaines renforcées contre la Russie par le président Donald Trump, le président de la Commission Jean-Claude Juncker se montre globalement satisfait que la loi adoptée ait été assouplie sur la demande insistante de l’UE », a réagi la commission dans un communiqué. De plus, « le Congrès américain a à présent établi que ces sanctions ne doivent être décidées qu’en accord avec les alliés des États-Unis. Or je considère encore que nous sommes des alliés des États-Unis », a précisé M. Juncker, cité dans ce communiqué. Toutefois, « si les mesures répressives américaines devaient dans la pratique léser des entreprises européennes qui sont en relations d’affaires avec la Russie dans le secteur énergétique, l’UE serait prête à riposter de façon adéquate en quelques jours », a souligné M. Juncker. « Nous sommes préparés », a-t-il déclaré lors d’un entretien diffusé dans la soirée sur la radio allemande NDR Info. « Nous devons également défendre nos intérêts économiques à l’égard des États-Unis. Et nous le ferons ». Jusqu’ici, les mesures répressives étaient coordonnées des deux côtés de l’Atlantique.

L’UE et les Etats-Unis avaient en effet imposé des sanctions contre Moscou en mars 2014.

Le président américain Donald Trump a promulgué ce mercredi de nouvelles sanctions économiques contre la Russie, adoptées par le Congrès. Ces sanctions, qui frappent notamment le secteur énergétique russe, visent également à punir la Russie après les accusations d’ingérence dans l’élection présidentielle américaine.